Accueil » Le ciel dans tous ses états » 2015 » À l'arrière de l'orage, le 13 septembre 2015

À l'arrière de l'orage, le 13 septembre 2015

Le week-end se poursuit. Pour ce dimanche 13 septembre, le piemont et les Cévennes gardoises sont en ligne de mire. Aujourd'hui, les entrées maritimes sont réellement de la partie et c'est un Pic Saint-Loup invisible que je croise à Saint-Mathieu-de-Tréviers (34), totalement dans la crasse. En fin d'après-midi, les averses convectives se multiplient entre le Nord de Montpellier et Alès, sur un axe assez traditionnel. Je rejoins Albert dans le Gard à une quinzaine de kilomètres au sud d'Alès. Nombreuses averses sur la route, sols saturés, il va falloir être prudent et ne pas se laisser surprendre en zone inondable.

Alors que la crasse se disloque à notre Sud et permet d'observer le ciel bleu et la convection, c'est très noir et bouché en direction des Cévennes où les orages sont présents, nous observons des coups de foudre lointains et tentons de nous rapprocher pour capturer quelque chose mais impossible de trouver un point de vue adéquate et nous nous retrouvons sous la pluie. La nuit tombe, on se repositionne dans la zone de départ. Le forçage principal arrive et une ultime ligne orageuse se forme à la frontière Hérault/Gard : impossible de photographier faute de vue, puis le déluge arrive. Durant un bon quart d'heure, folie furieuse avec des sceaux d'eau et de la foudre proche. La ligne orageuse étant très étroite, la pluie va cesser rapidement et nous offrir un ciel étoilé à l'arrière. L'ambiance est magnifique : alors que la pluie vient de s'arrêter et le calme est retrouvé, il n'y a que des impacts proches frappant les guarrigues gardoises qui viennent réveiller la nuit avec des déflagrations puissantes. À un moment donné, deux impacts résonnent, l'un devant nous et l'autre derrière : cela aurait dû nous mettre la puce à l'oreille : ça sent l'impact extra-nuageux. La ligne avance et le spectacle devient alors dingue : le bouillonnement s'illumine violamment et ce qui devait arriver se produit : des impacts jaillissent de la partie sommitale de l'orage et viennent frapper les environs de la cellule. C'est l'extase, la foudre la plus belle, celle que je préfère ! Notre point de vue n'étant pas exceptionnel, des arbres viennent gâcher les points d'impact, c'est dommage :

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

La ligne continue sa route dans le Gard, les nuages bas reviennent nous rendre visite, c'est le retour à la maison avec de beaux souvenirs ! Sur la route, on constate que ça flash toujours. Albert arrivant bien avant moi chez lui, il me prévient que des éclairs extra-nuageux jaillissent à nouveau du bouillonnement. Je m'arrête alors à l'entrée de Valflaunès (34) et malgré quelques nappes de brume à proximité, une deuxième couche s'ajoute à mon gâteau : un spectacle bouillonnant à l'horizon en bord de vignes sous les étoiles et un calme nocturne aboslu. Un régal pour les yeux...

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

Étant donné le nombre de photos réalisées durant la nuit, je vous propose un time-lapse grâce à celles-ci. Les réglages ne sont pas homogènes, je n'étais pas dans l'optique de réaliser un tel montage mais cela permet de constater l'activité convective intense :

Il est 2h du matin, l'orage devient trop éloigné, il est temps de rentrer, dans une certaine fraîcheur (15°c environ). La patience et la persévérence ont encore une fois fini par payer. Ces orages automnaux sont bien compliqués à capturer mais il y a toujours une opportunité qui se présente à un moment ou à un autre : quand cela se produit, on est rarement déçu ! Merci Zeus :)

Retour à Le ciel dans tous ses états

Dernière mise à jour de la page : 20 septembre 2015

Contact | Copyright © 2004-2017 - chrispics.fr - Par Christian C. | Lexique | Chrispics Carto | Recherche | FB