Accueil » Le ciel dans tous ses états » 2018 » Cinq jours d'évolutions diurnes 5-9 mai 2018

Cinq jours d'évolutions diurnes
5-9 mai 2018

Entre congés et printemps très orageux, ce mois de mai 2018 fut le cocktail parfait pour profiter de nombreuses balades orageuses. Dès le début du mois, ce ne sont pas moins de cinq journées d'affilées où la convection s'est enclenchée sur le sud de la France au sein d'un marais barométrique. Et évidemment... j'étais à sa poursuite. En voici le récit :

5 mai : Pour ce samedi, la situation est vue encore assez molle. En fin de journée, ça pourrait le faire sur le nord-est héraultais et + sur la basse vallée du Rhône/Gard dans l'après-midi. Je vais essayer d'intercepter un orage qui descend du Vaucluse vers l'ouest des Bouches-du-Rhône mais il n'y aura pas de foudre visible, tandis que ça prend sur le Gard mais avec seulement quelques flashs visibles. Retour sur l'Hérault ensuite, ça prend comme prévu mais la aussi l'activité électrique reste absente. Pas grave, la journée était encore borderline.

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

6 mai : Dimanche, direction le sud Aveyron/Larzac. La situation démarre assez tôt, si bien que je suis un peu en retard pour les premières cellules du jour. Je me rapproche au plus près d'une cellule qui vient de passer près de Millau, assez près pour me retrouvrer dans le déluge à La Cavalerie mais juste à l'arrière donc ça ne dure pas longtemps. Le chemin d'accès à un spot potentiel que j'avais repéré ayant été transformé en "dirt road" (chemin boueux), je ne tente pas le diable avec mes deux roues motrices, je tourne donc un peu pour trouver une vue un peu dégagée. La cellule va s'éloigner mais ne lâche rien de visible malgré le tonnerre. Pendant ce temps, des orages se sont formés entre Millau et Rodez et une cellule devient particulièrement puissante. La convection ne fait pas mentir le radar, c'est chantilly party à mon plus grand plaisir, tellement agréable d'avoir cette ambiance sous une chaleur presque estivale :

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

L'orage est un peu trop loin pour le rejoindre (et dans une zone de relief où les spots ne sont pas légions), je vais donc me contenter de me rapprocher de Millau où de nouvelles cellules approchent par l'est. Cette nouvelle cellule orageuse va passer juste devant moi, cadre parfait, au sec... et toujours sans foudre (et même pas un seul éclair internuageux). Grosse frustration, ça annonce la couleur : les évolutions diurnes c'est souvent la grosse galère pour avoir une activité électrique digne de ce nom...

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

Je me replace vers le sud pour observer la suite. La convection est belle entre Millau et Le Caylar ainsi que vers les Cévennes. De nouvelles cellules éclosent mais restent désespérément peu orageuse, se contentant de tonner grâce à quelques éclairs intranuageux. Après cette nouvelle observation infructueuse je vais me placer à la frontière Hérault/Aveyron, des orages descendent des Cévennes, encore une opportunité. Placement idéal, magnifique ambiance sur les montagnes... et toujours pas de foudre. À rendre fou :D Mais finalement, deux impacts voudront bien se laisser capturer, enfin ! Je reprends la route pour éviter la pluie (et possiblement la grêle), un positif s'abat pas loin de moi, 30sec après avoir démarré (histoire de me "troller"). Je rejoins à nouveau Tristan et on observe l'orage qui approche avec quelques éclairs supplémentaires.

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

On reprend de l'avance sur cet orage en redescendant en direction de la vallée de l'Hérault. C'est certainement la dernière cellule de la journée. Petite traversée dans le déluge au Pas de l'Escalette et sur toute la descente en direction de Lodève. On se place au Lac du Salagou, arrivée au sec dans la douceur mais le rideau n'est pas loin, il va donc falloir le laisser passer à nouveau. L'orage lâchera quelques jolis internuageux à l'arrière (ainsi qu'un impact, passé au travers des déclenchements...) pour terminer la journée :

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

7 mai : Pour débuter cette nouvelle semaine, l'instabilité devrait être encore plus présente, c'est potentiellement la journée la plus active de la séquence... Je fais trainer la grasse-matinée (couché très tard) et je suis donc à nouveau à la bourre puisque aujourd'hui, ça ne traine pas : les premières cellules pluvieuses se déclenchent un peu partout sur les reliefs dès 12h/12h30 ! C'est donc la course et je ne sais pas trop où aller puisque ça prend de partout... même si j'ai en tête que l'Est héraultais/Ouest gardois devrait être une zone intéressante pour la fin d'après-midi. Je me dirige dans un premier temps vers la vallée de l'Hérault car ça descend bien des reliefs... mais je me rends vite compte que ça se transforme en paquet stratiforme en descendant vers ici tandis que ça prend bien sur les Cévennes, je vais donc immédiatement me replacer vers le Pic Saint-Loup. J'ai bien fais puisque l'orage me fait face en direction de Ganges et semble vouloir descendre vers moi. C'est encore la fête à l'activité électrique invisible mais finalement deux impacts voudront bien se dévoiler, au plus près des planeurs qui étaient encore dans le ciel ! L'orage se rapproche de + en + mais le noyau le plus dur tend finalement à m'éviter de quelques centaines de mètres, si bien qu'avant d'être impacté par les pluies "annexes", je me retrouve avec la composition que je rêve depuis un moment. Hélas, la foudre ne voudra pas se montrer... ce n'est pas tous les jours qu'une telle opportunité se présente, dommage :(

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

La pluie est arrivée, je décolle et me replace à l'avant sur l'est du département. La cellule finira par s'éteindre + ou - quand j'arrive sur ma nouvelle position. De la, j'observe les gros orages qui descendent des Cévennes gardoises vers ma position. Le ciel est très esthétique, quelques impacts se dévoilent de temps à autre à l'horizon mais pas de foudre proche, ces orages vont s’essouffler en approchant. Côté nord-est héraultais, de nouvelles cellules s'activent dans la continuité et vont passer devant l'Hortus et le Pic Saint-Loup, en prenant la direction du montpelliérain. Albert m'a rejoint et on va enfin profiter de quelques beaux impacts, un rythme très peu soutenu à nouveau mais ça suffit pour le coup !

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

8 mai : Ce mardi, on prend les mêmes et on recommence... ce ne sont pas des vacances de tout repos :D Nord-Est héraultais et Gard en ligne de mire. Je marque un arrêt à la frontière Hérault/Gard en début d'après-midi, la convection est présente mais ça n'évolue pas trop... contrairement au bassin alésien où les orages se forment sur les Cévennes et descendent lentement mais surement. On va donc s'en rapprocher, je retrouve Tristan dans le coin. De belles bases, une belle organisation, mais encore une fois la foudre se fait attendre. Elle sortira enfin de manière très espacée à l'arrière de la base orageuse.

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

La pluie est de plus en plus présente, les conditions deviennent compliquées et il faut anticiper ce qui s'est formé plus à l'ouest vers ma position initiale du début d'après-midi. Je reprends donc la route, sur laquelle je verrais la base de cette nouvelle cellule, quelle base ! Hélas je préfère ne pas marquer d'arrêt, le timing est serré. Arrivé vers Restinclières, je retrouve Quentin pour observer la cellule qui arrive à toute vitesse, avec très certainement de la grêle dessous... quelques captures et puis s'en va. S'en suivra un redéplacement, une rencontre avec d'autres compères qui se reconnaîtrons, sous une chaleur qui revient en force... et oui, la cellule crève devant nous. Je décide de tenter le Salagou pour la soirée avec les cellules orageuses présentes sur l'Aveyron qui descendent, finalement ça ne voudra pas le faire mais j'aurais droit à un beau couché de soleil instable.

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

9 mai : Mercredi, ultime jour instable avant le retour au calme. Le Gard est à l'honneur aujourd'hui. En début d'après-midi, ça ne rate pas, des cellules explosent sur la moitié sud du département entre Nîmes et le Grau du Roi. Je vais donc me placer en bordure, l'ambiance est vraiment belle ! Pas de foudre malgré la présence du tonnerre. La pluie finit par me toucher, direction la plage plus à l'ouest. Je n'aurais droit qu'à un petit spaghetti :

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

L'axe Nîmes-Grau va être de la partie toute l'après-midi, je repars donc en direction de la Camargue où de nouveaux orages ont pris naissance. Je galère à trouver un point de vue avec un horizon dégagé, je m'arrête finalement et tente de capturer des choses. Un ou deux spaghettis lointains, ce n'est pas la folie. Au final, retour à ma position initiale pour voir deux cellules arriver : cette fois-ci, ça envoi, délivraaaaaaaaaance !

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

La pluie me rattrape, replacement sur Pérols pour l'observation finale. L'ambiance est belle :

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

Tandis que l'orage me passe devant en filant vers la mer, une nouvelle grosse cellule se présente sur le nîmois ainsi que plus loin en provence :

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

La cellule nîmoise s'affaiblira finalement mais il y aura quelques manifestations électriques visibles tout de même. Avec le couché de soleil le ciel devient assez irréel :

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

Ainsi s'achève cette longue séquence orageuse. Un bon gros plaisir de pouvoir pleinement profiter de la situation, à 100%, dans une ambiance estivale... ils sont loins les printemps moroses de ces dernières années !

Retour à Le ciel dans tous ses états

Dernière mise à jour de la page : 10 décembre 2018

Contact | Copyright © 2004-2019 - chrispics.fr - Par Christian Carmona | Lexique | Chrispics Carto | Recherche | FB