Accueil » Le ciel dans tous ses états » 2018 » Premiers orages de l'automne 6 et 13 septembre 2018

Premiers orages de l'automne
6 et 13 septembre 2018

La saison automnale est la ! Septembre est un mois de transition où les premières dégradations méditerranéennes/cévenoles peuvent se présenter et alterner avec des dégradations purement estivales. D'une potentielle 2ème partie de semaine très instable, cela se termine finalement l'échéance venue par une dégradation de "seulement" 24h. Durant la nuit du 5 au 6 septembre, il pourrait y avoir de l'orage dans l'intérieur des terres, préférentiellement sur l'ouest héraultais. La soirée débute et bien que la dégradation se déroule comme il faut dans le sud-ouest, on sent que ça va finalement épargner le Languedoc avec quelque chose qui arrive en bout de course. Je ne me couche donc pas trop tard, fatigué, on verra dans la nuit. Le réveil de 2h30 sera le bon puisque, à ma presque grande surprise, une belle ligne d'orages est présente du bittérois en direction de la vallée de l'Hérault et les reliefs, coupant presque le département en deux ! Saut de lit, mais pas le courage de prendre la route. Hélas, le ciel vient calmer mes ardeurs : bien qu'il y ai un ciel dégagé au-dessus de la ville, la crasse n'est pas loin à l'ouest et accompagne la dégradation... si bien que malgré les flashs violents, impossible ou presque de voir quelque chose. Très, très frustrant... il faudra attendre un regain de l'activité électrique à l'approche de l'orage pour observer un sympathique bombardement à l'ouest de la ville, une séquence d'un quart d'heure durant laquelle les impacts tombent par deux et grondent fortement malgré la distance encore un peu lointaine. L'orage frôle Montpellier, déversant un bon déluge et m'empêchant de capturer quelques impacts proches sur le nord de la ville. À l'arrière, une nouvelle séquence foudroyante se présente sur l'est montpelliérain. Le temps de s'installer, j'immortalise d'abord la "queue" de la ligne vers le sud-est qui est bien convective. La foudre reste dans la même veine qu'auparavant, relativement noyée dans les précipitations, rien de très esthétique :

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

Durant l'après-midi du 6 septembre, l'évolution diurne prend le relais sur le département voisin du Gard. Je ne sors pas le plus tôt possible car la situation semble molle et j'ai du boulot... mais finalement, je me décide à bouger et la situation a rapidement évolué : je me prends une baffe en voyant le ciel une fois dehors. Convection profonde ! Dès lors, l'excitation, la précipitation, prend le pas sur le calme ^^ Je vais faire quelques sauts de puce avant d'atteindre cette cible gardoise, la convection dans l'océan de ciel bleu est splendide :

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

Ayant quelques lieux en tête où me placer, je vais finalement devoir me positionner au hasard un peu après Sommières car le déluge n'est plus qu'à quelques kilomètres. Ambiance différente dessous ! La foudre ne voudra pas se montrer malgré l'intensité des cellules. L'orage part vers Nîmes, je vais me positionner un peu en hauteur et voir au passage s'il y a de la grêle au sol (il n'y en a pas). La cellule part s'échouer sur Nîmes mais je verrais finalement un bel impact tomber à l'arrière, sorti de nul part, avec un gros grondement à la clé. Ensuite, direction l'est nîmois pour observer l'instabilité qui persiste. Malgré les belles cellules qui se développent, cela n'aboutira jamais plus à l'orage. De l'ambiance convective, encore, pour terminer :

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

Le 13 septembre, on prend les mêmes et on recommence. L'instabilité se réduit au fil des runs des modèles météo et il ne faudra compter sur rien... ou presque ! L'activité orageuse du jour se cantonne aux Pyrénées, et en fin de journée, la côte roussillonnaise se fait "martyriser" par le développement d'un axe orageux relativement linéaire et surtout, stationnaire. Il se reforme sans cesse sur le trait de côte et en mer, au fur et à mesure qu'une dépression bien visible sur le satellite évolue d'ouest en est sous la chaine pyrénéenne. Je me dis que sur un malentendu, si cela se rapproche ou passe en mer, il y a quelque chose à jouer sur le littoral, d'autant que je vois des flashs et parfois de la convection qui s'illumine à l'horizon. Finalement, passé 22h, alors que cela s'est plutôt calmé sur le Roussillon et que ça ne sentait plus très bon... l'activité orageuse se met à exploser plus à l'est en pleine mer, plein sud par rapport à ma position. Le flux est très lent, parfois on dirait que ça file plein est, parfois on dirait que ça tend à remonter... c'est un peu des deux mais difficile de savoir si ça va le faire. Arrive presque 23h et ça dégénère complètement sur la mer... les flashs deviennent enfin bien visible d'ici, allez, direction la plage ! Cinq minutes avant d'arriver, voila t-il pas qu'il se met à pleuvoir... j'hallucine et j'enrage, les orages sont très loin en mer et il y a des étoiles, c'est quoi ce bins?! C'était une averse isolée, j'arrive au sec sur la plage, ouf ! Et la... tout l'horizon s'illumine de manière frénétique avec la convection. Le ciel est clair au-dessus de ma tête mais devient relativement voilé en direction des cellules, on voit tout l'ensemble mais la vision n'est pas totalement "clean". Il n'y aura surtout, aucune foudre extranuageuse et aucune foudre bien visible sur cette observation, les orages sont encore très loins et avec pas mal de couches nuageuses. Difficile de retranscrire l'ambiance au travers des photos mais ce fut beau à observer. Voici deux zooms sur ce que l'on pouvait avoir de meilleur en photo :

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

Quentin m'ayant rejoins, on observe ça mais on constate au radar que ça commence à se former plus proche en direction de la baie d'Aigues-Mortes. Le ciel ne trompe pas, également, un plafond nuageux tourmenté s'est mis lentement mais surement en place, les 00h15 sont passés. Finalement, on observe un rideau bien compact qui se met en place entre nous et La Grande-Motte. Peu de foudre, essentiellement des éclair internuageux. Au large, le monstre continue de se déchainer :

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

Finalement, des cellules éclatent tout autour de nous entre les plaines littorales et la baie... mais on restera quasiment tout le temps au sec, à peine trois minutes d'averse ! Une bénédiction qui nous fait dire que c'est bien dommage que l'activité électrique ne soit pas plus fournie, il y avait de quoi ramener de très nombreuses captures. On aura quand même droit à un bouquet final avec quelques impacts assez proches sur la mer jusqu'à 2h du mat', on a enfin des choses bien électriques !

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

Retour à Le ciel dans tous ses états

Dernière mise à jour de la page : 8 mai 2019

Contact | Copyright © 2004-2019 - chrispics.fr - Par Christian Carmona | Lexique | Chrispics Carto | Recherche | FB