Accueil » Le ciel dans tous ses états » 2017 » Traques orageuses du 13 au 15 juin 2017

Traques orageuses du 13 au 15 juin 2017

La semaine s'annonce instable aux abords des reliefs du pays, dont le Massif Central, dans une ambiance caniculaire puisque les températures dépassent les 34/35°c avec une forte humidité.

Mardi 13 juin, des orages diurnes devraient éclater entre Aveyron, Lozère et Haute-Loire notamment. Je me dirige dans un premier temps vers Millau pour voir ensuite où aller. Les orages sont déjà bien en place en Haute-Loire (et vont faire de gros dégats), je suis quand même partagé car je n'ai pas envie de faire trop de route (semaine oblige). Il y a bien un risque sur l'Aveyron, le ciel montre quelques signes d'instabilité... un arrêt à côté de Sévérac-le-Château finira par décider de me choix : la convection que j'avais observé lors du passage à Millau a fini par exploser et deux cumulonimbus se dévoilent :

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

Je vais donc me placer à l'Est de Rodez afin d'observer ces cellules. La convection est profonde, l'une des cellules s'essouflera peu de temps après mon arrivée mais l'autre persistera près de deux heures avec un déplacement très lent et une régénération permanente. Le tonnerre y est presque continue mais l'activité électrique restera intranuageuse, je n'observerais qu'un seul impact durant cette journée !

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

Tandis que la convection profonde est toujours visible en direction du nord Lozère/Haute-Loire, la cellule face à moi s'affaiblit. Mais à mon sud, entre Rodez et Millau, une nouvelle zone de convection profonde s'est mise en place. Ce sera le même scénario que pour l'orage précédent, belles structures, grondements mais pas de foudre :

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

L'attente jusqu'à la nuit ne donnera rien, l'instabilité finit par régresser. Sur la route du retour j'observe un bouillonnement lozérien flasher.

Mercredi 14 juin, nouvelles évolutions diurnes attendues. La situation est moins active que la veille et je vais donc tenter d'intercepter les quelques cellules qui évoluent vers le nord du Gard. Mon choix de placement va me faire perdre un temps précieux pour capturer les rares impacts de foudre. Ces cellules du jour adoptent une forme inclinée avec une base arrondie et des précipitations s'échouant en dehors de la base. J'arriverais à temps pour observer la dernière cellule du jour, sa forme est bien belle et une vidéo réalisée sur sa toute fin montre une certaine rotation. Un petit cliché et quelques gouttes qui ne calment pas la chaleur ambiante, bien au contraire. Le soir, de retour à Montpellier, l'instabilité est encore présente avec des cellules pluvieuses descendant de l'Aveyron. On était pas loin de l'orage, bien dommage car cela aurait été plus qu'esthétique !

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

Jeudi 15 juin, le risque orageux pourrait enfin concerner les plaines de l'Hérault et du Gard. Dans la fournaise plus présente que jamais (36,3°c à Aniane (34) ou 37,5°c à Nîmes Courbessac (30) par exemple), le risque de grêle n'est pas négligable. À la sortie du boulot, je vais donc me positionner en bordure des orages qui se sont développés sur le Gard, entre Alès et Nîmes notamment. L'ambiance est fort sympathique avec de la convection profonde, les cigales, les rideaux de pluie et de grêle, je reste au sec. La foudre n'est pas majoritaire mais elle est présente. Malheureusement, étant situé dans une zone sans convection, le soleil n'est jamais très loin, la luminosité trop forte complique la capture de la foudre :

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

À mon ouest, la convection prend à son tour de l'ampleur : alors que Nîmes et ses environs se fait martyriser par des grêlons jusqu'à 4/5cm de diamètre, Montpellier et ses alentours va également bientôt y avoir droit :

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

Les poussées convectives s'enchaînent sur le Gard, un magnifique spectacle... Comme hier, la convection semble parfois tournoyer (visible sur un timelapse) :

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

Il est 19h passé, la convection s'essoufle sur le montpelliérain et commence également à montrer des signes de faiblesse sur les plaines gardoises. En direction des Cévennes ardéchoises, celle-ci est toujours profonde, je vais donc me rapprocher d'Alès pour voir cela et espérer que cela se prolonge à la nuit tombée. Sur le chemin, un "split" se produit sur le sud de l'Ardèche. En approchant de ma cible, la structure convective que je visionne semble correspondre à l'une des cellules de ce split avec une belle inclinaison de la colonne. Une fois arrivé, le spectacle est la : nouveau défilé convectif sur les reliefs, de superbes ambiances de fin de journée :

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

Il y avait bien du tonnerre dans cela et même quelques impacts lointains. Mais alors que les 21h approchent, la convection semble moins franche... aïe ? Les apparences sont trompeuses, la convection va à nouveau exploser sur la même zone entre sud Ardèche et nord Gard. Un rideau bien compact se forme rapidement et ne met pas longtemps à lacher de la foudre. Je vise alors... puis le rêve se produit. Un splendide impact extranuageux jaillit du bouillonnement et vient frapper les Cévennes bien en dehors de la base. C'est pour ce genre de beautée ramifiée que je me démène, la récompense est enfin la après des semaines de + ou - galère. L'activité électrique va ainsi perdurer jusqu'en début de nuit avec de nombreux flashs, une ambiance magnifique avec le ciel clair sur le côté. En point final, un ultime impact positif s'abat sur Alès avec un son puissant. Quelques lueurs supplémentaires se dévoileront ensuite vers la Lozère et le nord Ardèche :

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

En conclusion, ces trois jours avec beaucoup de route (plus de 1 000 km) m'ont offert de superbes ambiances orageuses dont les photos ne sont qu'un petit témoignage, le vivre et le voir de ses propres yeux est un plaisir immense et inimitable. Après avoir beaucoup râlé sur l'absence de foudre (assez typique dans les orages gréligènes de l'Été), la délivrance était au bout du bout avec cette observation dans la plaine intérieure gardoise au pied des Cévennes. La saison estivale est pleinement lancée ! En bonus, la vidéo de l'ultime impact gardois :

Retour à Le ciel dans tous ses états

Dernière mise à jour de la page : 30 juin 2017

Contact | Copyright © 2004-2017 - chrispics.fr - Par Christian C. | Lexique | Chrispics Carto | Recherche | FB